JFK, 50 ans déjà

Succédant au Juif sioniste Dwight Eisenhower, John Fitzgerald Kennedy fut le 35ème président des Etats-Unis d’Amérique et certainement l’un des plus populaires. Son assassinat intervint, sur ordre de la franc-maçonnerie, le 22 novembre 1963. Il était alors âgé de 46 ans. Cela fait donc exactement 50 ans que JFK n’est plus de ce monde. Alors que les médias lui rendent actuellement hommage sans évoquer les véritables raisons de ce meurtre, il semble nécessaire de rappeler son éminent discours contre le pouvoir occulte prononcé peu avant son assassinat.

Retrouvez cette déclaration de John Fitzgerald Kennedy et bien d’autres documents démontant le Nouvel Ordre Mondial dans mon troisième livre intitulé « Deux cris dans la nuit ».

Johan Livernette le 22 novembre 2013

Advertisements

39 responses to “JFK, 50 ans déjà

  • Michel THYS

    Kennedy étant catholique ne pouvait que condamner la franc-maçonnerie américaine, pourtant théiste ou déiste, mais sans la connaître puisqu’il n’en faisait évidemment pas partie. Ce discours, 11 jours avant son assassinat, n’est pas une preuve de l’implication de cette association philosophique et progressiste, qui n’a aucune ambition de dominer le monde, comme les religions,et qui n’est donc évidemment pas criminelle.Plus probablement, les positions antiracistes de Kennedy auraient pu inciter le Ku-Klux-Klan à le faire assassiner, profitant habilement de l’opportunité de ce discours pour faire accuser les « sociétés secrètes ».(alors qu’elles ne sont même pas discrètes, comme en Europe).

  • Johan Livernette

    JFK était un franc-maçon haut degré comme tous les présidents US. Il savait donc très bien de quoi il parlait. Etre franc-maçon haut degré est la condition sine qua non pour accéder à la présidence de grandes puissances. Ceci est indéniable.

    Ensuite, Lee Oswald était aussi un franc-maçon et la commission Warren était entièrement composée de francs-maçons. Je ne reviendrai pas sur le chiffre 11 qui est le chiffre luciférien par excellence. Si tout ceci ne forme pas des preuves, je ne sais pas ce qu’il vous faut !

    Votre association est philosophique me dites-vous. Pour rappel, votre philosophie antichrétienne est purement de la merde (voir cette interview et cette conférence).

    Quant à votre soi-disant progrès, regardez où nous en sommes avec vos idéaux de liberté-égalité-fraternité, démocratie et autres Droits de l’Homme. Qui oserait dire que l’humanité a progressé depuis 1789 ? Personne de sérieux et d’honnête.

    Concernant les crimes de la maçonnerie, ils seront énoncés dans mon prochain livre. La liste est très longue. Il n’y aura donc que les plus importants.

    Réveillez-vous cher ami, regardez la vérité en face et convertissez-vous à l’unique vraie religion pendant qu’il est encore temps.
    Cordialement.
    Johan

  • petittroupeau

    une association dites vous « progressiste et philosophique » alors qu’elle est à l’initiative de l’avortement aujourd’hui et s’en réclame sans ambages en plus, pas besoin de nous taxer de complotiste ou d’extremiste c’est elle même qui revendique ce combat et cette victoire en définitive contre la vie. Au nom des droits de l’homme , tous ces chantres exterminent à tour de bras ou ferment les yeux sur leurs exactions comme en 1789 ou au nom des droits de l’homme la guillotine tournait à plein régime donc j’aurais plutôt honte si j’étais un chantre des droits de l’homme de m’en réclamer eu égard à l’extermination massive qui en est découlée d’ailleurs vous ne pouvez pas le nier puisque ironie du « sort » on va dire pour les incroyants (justice divine pour les croyants) les piliers révolutionnaires tels un danton , un Robespierre ont fini eux mêmes sous le « rasoir national » donc réfléchissez un peu, posez vous des questions au lieu de balancer des poncifs soi disant humanistes.

    Maintenant montrer JFK figure de la résistance catholique c’est un peu gros aussi quand on sait comment il a pu tromper sa femme, ce n’est pas tellement un exemple de vertu catholique tel un Garcia Morenon ou un saint Louis…

  • Le Relais de l'info

    @Michel Thys

    Monsieur,

    La Warren Commission était formé de Franc Maçons, qui ont déclaré coupable Lee Harvey Oswald, franc maçon aussi, du meutre du président Kennedy Franc Maçon également. Avouez monsieur, que le hasard n’existe pas dans pareille situation…
    Maintenant permettez moi d’ajouter lorsque vous dites je cite  » Association Philosophique et Progressiste  » en évoquant la Franc Maçonnerie :
    1- le terme Association est inapproprié, ce n’est pas un club de judokas ou une amicale de boy scoots ! Il s’agit d’une Organisation secrète non dans son nom et sa carte de visite publique, mais dans ses pratiques incarnant une déviance mystique anti religieuse et anti cléricale satanique qui prône au nom des lumières (tiens donc, Lucifer..) la destruction de l’Islam et du Christianisme… Et derrière la destruction des peuples…
    Ensuite, sous couvert de progrès, on pousse les personnes à la déviance sexuelle, la théorie du genre, l’eugénisme avec les vaccins et pullules, etc… Quel progrès me direz vous

  • Michel THYS

    Bonjour Johan LIVERNETTE,
    J’ai vu votre « conférence », mais je regrette que, sans être franc-maçon, et donc sans la connaître par expérience vécue, vous nous autorisiez à condamner la franc-maçonnerie.
    Ne mettez pas tous les francs-maçons dans le même sac !
    Depuis toujours et partout, à titre honorifique, les « hauts dignitaires des Etats ont été sacrés « Grands Maîtres », le duc d’York, par exemple.
    Aux USA, l’appartenance à la FM est même devenue une condition de « respectabilité » !
    Pas étonnant que tant de présidents en aient fait partie.
    A part Lincoln surtout, cela ne signifie rien.

    Ce qu’il importe de savoir, c’est qu’il y a des francs-maçons « réguliers », théistes ou au moins déistes (environ 5 millions, surtout dans les pays anglosaxons), hélas aussi intolérants que la religion qu’ils professent, et seulement une bonne centaine de milliers de francs-maçons « a-dogmatiques », hommes et femmes, en France et en Belgique principalement.

    Certes, ils privilégient l’autonomie de la conscience morale et la responsabilité individuelle, ils désapprouvent la soumission religieuse, et ils sont donc anticléricaux, mais, quoi que vous en pensiez, ils ne sont pas pour autant antireligieux. Le droit de croire restera en effet toujours légitime et respectable, malgré les avancées scientifiques confirmant par exemple l’évolutionnisme plutôt que le créationnisme (qui n’est qu’une croyance religieuse), et malgré les découvertes de la psychologie, qui expliquent l’origine exclusivement psychologique, éducative et culturelle de la foi, et celles de la neurophysiologie qui, par IRM fonctionnelle notamment, constatent les traces indélébiles des influences religieuses religieuses subies dès l’âge de 2 ou 3 ans, dans le cerveau émotionnel, puis rationnel, indépendamment de l’intelligence et de l’intellect, confortées ensuite par un milieu croyant unilatéral, voire communautariste.
    http://michel.thys.over-blog.org/article-une-approche-inhabituelle-neuroscientifique-du-phenomene-religieux-62040993.html

  • Michel THYS

    Bonsoir, « Petittroupeau » :
    Si des francs-maçons adogmatiques ont été à l’origine des lois autorisant la légalisation partielle de l’avortement (qui restera évidemment toujours un drame humain à éviter par la contraception !), c’est parce qu’ils privilégient, non pas comme les croyants, le principe du respect inconditionnel d’un « Commandement » qui leur a été imposé (« Tu ne tueras point !), mais le respect de la liberté individuelle et celui de la qualité de la vie d’un enfant irrémédiablement handicapé mentalement ou physiquement ou non désiré, et celle de ses parents (que ne sont jamais les autorités ecclésiastiques !).

    Bien qu’en réaction légitime au scandaleux pouvoir royal et religieux, les exactions inhumaines des révolutionnaires des années 1789 et suivantes sont évidemment condamnables. J’attribue leur absence de sens moral et de respect de la vie humaine au catholicisme dans lequel ils tous ont baigné.
    L’Histoire confirme en effet abondamment la piètre aptitude des religions et des idéologies politiques à développer une conscience morale autonome et le respect de la dignité humaine.
    Elle témoigne au contraire de leur remarquable aptitude à inciter, dès l’enfance, à la soumission, quelle qu’elle soit. Je pense d’ailleurs qu’au-delà des causes socio-économiques, politiques, etc., les trois monothéismes, à cause de leur prétention à détenir chacune LA Vérité et LE Vrai dieu, tous trois héritiers de l’ « Ancien Testament » mortifère (même le christianisme, malgré son message d’amour), me semblent à l’origine de toutes les intolérances et de la plupart des guerres et des violences qui en résultent, aussi bien hier qu’aujourd’hui.

    Je pense même que l’absence totale de respect de la vie humaine du nazisme et du stalinisme n’est pas due à leur idéologie politique soi-disant athée (l’athéisme est seulement une option philosophique rationnelle), mais à la croyance religieuse initiale des « dominants » que furent Hitler ou Staline, et à celle des dominés qu’ils ont facilement endoctrinés, la soumission religieuse ayant constitué un terreau favorable à leur soumission idéologique et permis aux premiers de transférer aux seconds la conviction de leur prétendue « supériorité aryenne ».
    Bien à vous,
    Michel THYS

  • Michel THYS

    @ Le Relais de l’info :
    Cette Commission Warren fut une honte, à mes yeux : tous les témoins de l’assassinat de JFK ont été « liquidés » dans de de soi-disant « accidents » !
    La franc-maçonnerie, celle qui est digne de ce nom, n’est pas du tout une « organisation secrète ». Elle est seulement « discrète », tout simplement parce que la plupart des gens, gorgés de préjugés religieux, ne sont pas capables de comprendre ce que sont une démarche initiatique par la méthode symbolique, la spiritualité laïque, les idéaux de progrès humain, individuel et collectif, etc.

    Il est logique que la franc-maçonnerie a-dogmatique condamne l’imposition précoce de la foi et la soumission à un dieu, à un prophète et à un livre « sacré », parce qu’imposés et non librement choisis en ayant eu connaissance des alternatives non confessionnelles, et qu’elle prône donc l’autonomie de la conscience, l’esprit critique, le libre-examen, la liberté de pensée, le libre-arbitre, …

    Personnellement, je condamne toutes les religions en fonction de la soumission qu’elles imposent, et donc surtout l’islam, l’islamisation croissante et les islamistes dont le but ultime est d’imposer la charia au monde entier.
    Rien à voir évidemment avec les musulmans modérés, pacifiques, ouverts à la différence de l’autre, parmi lesquels j’ai plusieurs amis.
    Mais libre à vous de ne pas partager mon point de vue et d’étayer votre argumentation en sens contraire.

  • petittroupeau

    à michel Thys,

    je ne peux que vous souhaiter de vous placer en état de grâce et vous comprendrez mieux alors le pourquoi du comment et notamment le voile qui recouvre vos yeux actuellement se lèvera enfin et vous réaliserez alors l’horreur que constitue en conscience l’action de la franc maçonnerie que vous défendez bec et ongles alors que je vous mets en évidence ses actions nauséabondes actuelles et celles du passé mais vous faites comme les bien pensants actuels vous dégagez cela d’un revers de la main sans vouloir le voir, voire l’assumer . Vous ne comprenez pas que vous vous trouvez dans l’illusion en pensant qu’exalter la liberté, la liberté de conscience tant prônée par les maçons vous conduisent, pauvres malheureux vers la perdition éternelle, alors que ce que vous mettez en avant la liberté est une imperfection et n’est pas un but en soi, st thomas d’aquin le démontre bien cela. La liberté est un moyen et non une fin , la fin c’est de connaitre, d’aimer et servir Dieu , et ainsi on l’aime et ainsi on le glorifie et ainsi on sauve son âme, c’est un message autrement plus optimiste et positif que celui véhiculé par la franc maçonnerie qui vous ment et vous trompe, sortez de son illusion fallacieuse , elle reprend les poncifs du vieux serpent.
    Essayez d’aller au delà de vos impressions, et cherchez la vérité, car la vérité c’est le Christ et Il vous la donnera si vous la cherchez vraiment, ce que vous appelez comme tous ces francs maçons une aliénation de la pensée est en vérité en toute humilité une reconnaissance de notre dépendance envers Dieu, nous ne pouvons rien faire sans lui et cela l’homme moderne ne l’accepte pas non plus c’est pour cela qu’il ne prie plus d’ailleurs, essayez de dépasser ce stade de jugement et vous approcherez de la vérité, en joie en plus contrairement à l’idéologie maçonnique qui attriste et afflige car mauvaise en soi.

  • 777laurent

    Michel THYS :
    « je regrette que, sans être franc-maçon, et donc sans la connaître par expérience vécue, vous vous autorisiez à condamner la franc-maçonnerie. »

    La bonne blague ! Vous pensez réellement qu’il faut être soi même Franc-maçon pour condamner la franc-maçonnerie ?

    Faut-il être communiste… pour condamner le communisme ?
    Faut-il être affilié officiellement à l’église de satan … pour espérer pouvoir, un jour, peut-être… condamner le satanisme ??
    Drôle de raisonnement, vous l’admettrez…

    Mais admettons et citons par exemple l’inénarrable M.Beketch qui en a fait parti durant 5 ans :

     » Il y a apparemment deux visages de la franc-maçonnerie : la base qui pense agir réellement pour le bien-être des hommes, et une autre partie qui manipule cette base.  »

    « c’est une poignée d’imbéciles (la base) dirigée par des crapules, dans le but d’attirer d’autres personnes et d’acquérir plus de pouvoir  »
    M.Beketch

     » Les franc-maçons de la base sont des gens qui pensent réellement agir au nom de la fraternité universelle, parce qu’ils ont une position sociale importante (Avocats, notaires, haut-fonctionnaires, médecins, architectes …) mais ne savent pas qu’ils sont des marionnettes » M.Beketch

    Ne vous déplaise, à travers vos différents commentaires sur ce blog, il semble, Monsieur THYS, que vous fassiez parti de cette première catégorie de franc-maçons manipulés des loges bleus : les naïfs.

    Parce que vous pensez réellement agir pour le bien de l’humanité, vous êtes les véritables idiots utiles de cette organisation pyramidale mafieuse : car vous leur servez de vitrine officielle pour le publique !

    En conclusion, c’est plutôt l’inverse :
    il faut être émancipé, libéré, repentit ou en dehors de cette secte pour pouvoir produire un début de critique un tant soi peu objectif.

    La maçonnerie vous enseigne faussement que la vérité est toute relative… Profitez de cette hérésie pour remettre en cause le catéchisme et les dogmes maçonniques et surtout grattez derrière le discours officiel de cette secte.

    Si vous mettez un instant votre ego de côté, ouvrez votre cœur, cherchez sincèrement la vérité et vous la trouverez peut-être…et celle-ci vous délivrera vraiment !

    Car Dieu EST la Vérité (psaume 31:6 – Luc 4:18 … )
    Dieu EST la Lumière et en Lui il n’y a pas de ténèbres (1 Jean 1:5)

    La Vérité absolu EXISTE !

  • 777laurent

    Un point important :
    Si la maçonnerie œuvrait réellement pour le bien de l’humanité alors pourquoi le culte du secret ?

    Pourquoi tout ce mystère ?

    Pourquoi toute cette « discrétion » ?

    Pourquoi les francs-maçons, au cours d’un rite initiatique, doivent-ils prêter serment de garder le secret sous peine de mort s’ils venaient à l’enfreindre ??

    La réponse est encore une fois biblique :

     » En effet, celui qui fait le mal déteste la lumière, et il se garde bien de venir à la lumière de peur que ses mauvaises actions ne soient révélées.
    Mais celui qui a une conduite conforme à la vérité vient à la lumière pour qu’on voie clairement que tout ce qu’il fait, il l’accomplit dans la communion avec Dieu.  »
    (Parole de Jésus-Christ selon Saint Jean chapitre 3 verset 20 à 21 )

  • Michel THYS

    @ Petittroupeau : Je poursuis bien volontiers cet échange de points de vue divergents, étant entendu que, pour ma part, je ne cherche pas à vous convaincre que le mien soit plus pertinent que le vôtre, lequel émane très légitimement de la primauté que vous accordez à votre cerveau émotionnel, alors que moi je privilégie plutôt, tout aussi légitimement, mon cerveau rationnel.

    Je ne cherche donc pas à « défendre bec et ongles la franc-maçonnerie » a-dogmatique, mais seulement à rectifier quelques accusations fausses à son égard, en vertu du principe physique que « l’action entraîne la réaction ».

    Prétendre que les francs-maçons sont « dans l’illusion », c’est leur renvoyer, faute de mieux, le reproche que ceux-ci adressent aux croyants. La notion de « perdition éternelle » n’a de sens que pour les croyants à qui les religions ont fait croire qu’elle existe, qu’il y aurait un au-delà, etc. ! Après la mort, il ne reste que quelques cendres (des « poussières ») et au mieux, pendant un certain temps, le souvenir de ce que l’on a été, pu dire ou écrire.(à suivre)

  • Michel THYS

    Suite de mon commentaire à Petittroupeau :
    Le peu de liberté individuelle que laissent à l’être humain ses conditionnements héréditaires, hormonaux, éducatifs, culturels, religieux, idéologiques, sociaux, politiques et autres impose de refuser toute soumission qui les conforterait.
    Pourquoi faudrait-il « sauver son âme », alors que celle-ci n’existe que dans l’esprit des croyants ?
    La sauver n’a donc aucun sens pour un athée.

    Mon interprétation du serpent qui se mord la queue (Ouroboros), c’est d’abord qu’il symbolise le fait que « tout est dans tout », « en to pan », en grec. Mais c’est aussi le fait de tourner en rond, de ne pas sortir de pétitions de principes qui empêchent de s’affranchir de croyances religieuses imposées par les religions et de les maintenir sans même les avoir remises en question à la lumière de la réflexion et du libre examen. Cela empêche les croyants, devenus spirituellement dépendants de leur dieu, de leur prophète, de leur livre « sacré » et d’une « Vérité révélée » de s’ouvrir à la différence des autres, de l’accepter et de s’en enrichir.
    Si je me me soumettais « en joie » à votre «Vérité révélée », je privilégierais mon cerveau émotionnel, comme si j’étais subjugué par un coup de foudre amoureux (légitime, lui, s’agissant d’ une personne bien réelle, elle !).

  • Michel THYS

    @ 777laurent :
    Votre « argumentation » me paraît spécieuse et « jésuitique », car pour porter un jugement sur quoi que ce soit, il est évident qu’il faut s’être renseigné, de préférence par une expérience personnelle. C’est ce qui me permet d’ailleurs de m’intéresser à l’origine culturelle de la foi et à sa fréquente persistance, ayant été croyant (protestant « libéral ») jusqu’à 21 ans, lorsque j’ai eu la chance de prendre conscience des alternatives non confessionnelles qui m’avaient été volontairement et malhonnêtement occultées. « Satan » et « Dieu » sont évidemment, à mes yeux d’athée, des produits de l’imagination …

    M. Beketch, sans doute convaincu de l’existence d’un « complot maçonnique », n’a manifestement rien compris, ou voulu comprendre, à la franc-maçonnerie !
    Il ignore par exemple que les « hauts grades », du 4e au 33e, n’ont pas la moindre influence sur les trois premiers. Quant au degré que j’ai atteint, il ne vous regarde pas, mais il me permet de m’exprimer en connaissance de cause.

    Certes, l’idéal de la franc-maçonnerie adogmatique (le progrès humain, l’émancipation du plus grand nombre), semble « naïf » et utopique, mais il se déploie à l’échelle des générations et même des siècles : le recul du dogmatisme et du cléricalisme, depuis 1723, en témoigne.
    Il n’y a pas de « catéchisme et de dogmes maçonniques » ! Seulement des rituels symboliques librement interprétables.
    La franc-maçonnerie n’est pas une « secte », puisqu’il est difficile d’y entrer (par cooptation, si l’on a les qualités de coeur et d’esprit nécessaires pour contribuer à un idéal commun), mais qu’on en sort très facilement, ce qui n’est pas le cas des sectes.

    La prétention de chaque religion d’imposer au monde entier sa « Vérité absolue » risque fort d’avoir des conséquences dramatiques.

  • Michel THYS

    @ 777laurent :
    « Pourquoi « le culte du secret, tout ce mystère, cette discrétion » ?
    D’abors, je l’ai déjà écrit, parce que la plupart des « profanes » ne comprennent pas ce qu’est une approche initiatique et symbolique.
    Ensuite, parce que pendant la guerre de 40-45, bon nombre de francs-laçons ont payé de leur vie leur appartenance.
    Enfin, parce que les religions ont tant tellement diabolisé la franc-maçonnerie que des francs-maçons risquent de perdre leur emploi ou leur clientèle s’ils se « dévoilaient ».

  • Johan Livernette

    « Pendant la guerre de 40-45, bon nombre de francs-laçons ont payé de leur vie leur appartenance » : faux.

    « Les religions ont tant tellement diabolisé la franc-maçonnerie que des francs-maçons risquent de perdre leur emploi ou leur clientèle s’ils se « dévoilaient » : faux, archi-faux, c’est exactement l’inverse. C’est la maçonnerie qui, de tout temps, a diabolisé et combattu l’Eglise et le catholicisme. De nombreux documents le prouvent (cf ma conf à Amiens).

    Monsieur Thys, sachez que vos mensonges sont tellement énormes que personne n’y croit. Vous êtes tellement pollué par la propagande mensongère maçonnique que vous y croyez sincèrement ! C’est ça le pire !

    Sachez aussi que les gens sont de moins en moins dupes concernant votre secte. Cela se voit clairement sur Internet.

    Alors pour la dernière fois : regardez la vérité en face et convertissez vous pendant qu’il est encore temps.

    Cordialement.
    Johan

  • Michel THYS

    Si vous étiez franc-maçon, vous pourriez voir dans le hall de la rue du Persil ou de la rue de Laeken la longue liste des Frères déportés et gazés par les nazis.
    Seule la franc-maçonnerie a-dogmatique a, fort logiquement, combattu le dogmatisme et le cléricalisme prosélytes. Mais elle respecte le droit légitime de croire, a fortiori lorsque la foi est le fruit de la réflexion et du libre examen. Elle condamne néanmoins l’imprégnation précoce de la foi dans le cerveau émotionnel des enfants, sans alternatives ultérieures, religieuses et surtout non-confessionnelles.
    La franc-maçonnerie ne fait pas de propagande ni de prosélytisme.
    De plus en plus de gens perdent la foi ! Ne vous fiez pas aux sites de croyants qui prêchent des convaincus pour tenter de freiner cette heureuse évolution des esprits vers l’athéisme ou au moins l’agnosticisme (du moins dans la plupart des pays européens).
    Cordialement,
    Michel THYS
    P.S. J’avais vu en son temps la video de votre conférence à Amiens, mais je vais la revoir, pour en reparler ensuite.

  • Renaud

    Les échanges qui précèdent me paraissent ressasser des antiennes et de beaucoup de déjà lu et entendu.

    Si toutes les études sur l’ontologie, de même que l’anthropologie, ont un intérêts certain, cognitif, scientifique et bien d’autres encore; au passage, je dois beaucoup à Henri Laborit qui, sur le plan neurologique, a apporté une lucidité indispensable sur nos comportements (il y a aussi le rôle de nos deux hémisphères cérébraux, l’un axé sur l’analytique, l’autre axé sur l’intuitif, j’y fais allusion ci-après). Mais nous ne sommes pas réduit à seulement un système nerveux, ou à un système circulatoire ou musculaire, ou à un code génétique, etc.

    Si nous avons un corps physique, nous avons donc aussi un corps psychique. Le psychisme encore si mal connu. Cela vient du fait que les sciences Psy ne connaissent quelque chose du psychisme que par le versant pathologique, ce qui est on ne peut plus limitatif et surtout réducteur. Ceci précisé, attention, le psychisme n’est pas à priori une dimension spirituelle, car la dimension spirituelle transcende le physique comme elle transcende le psychisme.

    Ainsi, ce -corps psychique- est omniprésent et déterminant en nous-mêmes, il comporte donc des ‘organes’ ou des ‘fonctions’ psychiques. Parmi ces dernières, se dégage un -lieu psychique- qui est commun à tous les humains et qui comporte ce que nous traduisons par: le religieux en nous (intuition). Et ce -même- lieu psychique commun à tous (je simplifie pour la commodité et la rapidité du propos) fait dire à certains que Dieu existe, qu’il existe une force extérieure à nous même dont nous dépendons et que nous devons reconnaître, de là découlent les religions, etc. Mais sur ce plan-là, il y a une clé de compréhension du psychisme humain, c’est que ce -même- lieu psychique commun à tous fait dire aussi à certains que Dieu n’existe pas, et que les hommes sont un accident de la nature, nous pouvons donc être cause de nous même, et nous n’avons pas besoin d’une cause extérieure à nous-mêmes. Voilà, très shématiquement, comment les ‘choses’ se présentent: un antagonisme et une dialectique sans fin et stérile. D’un côté les avatars des religions risquant de se transformer en pratiques totalitaires. D’un autre côté, tous les risques sont réunis vers ce qui se résume ainsi : chassez Dieu et tôt ou tard vous chasserez l’homme. Pas besoin de faire un dessin avec toutes les révolutions matérialistes qu’il y a eu dans le monde depuis le 18ème siècle. Car cette dimension psychique antagoniste en l’homme lui est consubstantielle. Dans l’ontologie, la notion d’antagonisme nous échappe encore, c’est pourquoi elle nous rattrape sans cesse et nous la subissons douloureusement.

    C’est alors qu’il nous faut comprendre que la notion de liberté est effectivement, comme il a été dit plus haut par un intervenant, un moyen plus qu’une fin; autrement, c’est une exigence capricieuse d’adolescent. La supposée « liberté » de conscience, semble ne pas s’apercevoir, ou s’imaginer qu’elle est déterminée biologiquement, socialement et culturellement. A-t-on choisi nos parents dans un pré-monde? A-t-on choisi de naître homme ou de naître femme? À telle époque? En tel lieu? Dans telle famille ou environnement, pays, etc.? Dans telle culture? D’être blanc ou noir ou jaune? Blond ou Brun? Etc, etc. Tel est aussi le cas du ‘libre examen’, qui, sans que nous fassions vraiment attention, nous fait faire les questions et les réponses relatives à la Vie, ainsi, de proche en proche, nous fait formater la philosophie ou le dieu qui nous arrange le mieux… Ce qui est le cas du protestantisme.

    Pour ne pas être trop long, on peut souligner que notre civilisation en est arrivée, essentiellement depuis la Révolution française, à sa période d’ -adolescence-, caprices, débordements, dénonciations et rejet de l’éducation paternelle, apostasie, exigences démentielles, rêves les plus fous, « shootages » de toutes sorte, choix de se comporter comme ça nous arrange selon les pulsions, comme un garçon ou comme une fille quelque soit l’appartenance sexuelle, etc, tels sont les « états » produits par l’adolescence se réalisant par le déploiement de la révolution dans le monde, personnellement, j’appelle cette époque, l’époque plouto-mercurienne. Alors que la conversion au Christianisme dans le monde (particulièrement le Catholicisme qui est originel et ancré dans la loi naturelle) aura correspondu à la petite enfance et à l’enfance. On peut remarquer qu’au sens historique très réel et concret, l’âge de l’adolescence a bien commencé en France avec le -meurtre du père- (exécution du Roi Louis XVI) car le drame aura été le passage à l’acte (et non symbolique) de l’exécution. Comme quoi la révolution a ainsi coupé quantité de ponts derrière elle, d’où la perte tragiques de points de repère (je n’ai pas inventé le mot approprié de: re-père) et de mutilations gravissimes de l’entendement. Nos bras d’honneur à Dieu et à Sa Création ne sont que les gestes de notre orgueil démesuré, ils nous disqualifient. C’est là l’une des raisons majeures de la déréliction qu’on voit partout en France actuellement, et tant d’autres endroits du monde malgré des développements matériels incessant extraordinaires.

    Il faut faire en sorte que, tel le fils prodigue retournant chez son père après les désolations dans lesquelles ce fils s’est plongé, les couches sociales et familles française et de la Chrétienté, couches et familles peu nombreuses à présent, mais qui ne se serait pas laissées atteindre ni laissées embarquer sans retour dans la pensée mutilatrice contemporaine, puissent, après et avec le précieux bagage de l’expérience de tant de temps vécu d’expériences de renoncements amers et cruels, il faut faire en sorte, dis-je, que puissent germer à nouveau la Foi et l’Esprit.
    Toute la Création de Dieu nous l’enseigne.

  • petittroupeau

    à Michel Thys,

    c’est bien à un moment donné vous nous dévoilez enfin que vous êtes franc maçon (le contraire m’aurait étonné soit dit en passant tellement vous les défendez), contrairement à nous où nous vous affirmons d’entrée de jeu notre foi catholique, voyez, nous ne cachons rien, alors que vous dès le départ vous nous cachez votre appartenance à la maçonnerie, pourquoi cette duplicité? de quoi avez vous peur? De quoi avez vous honte finalement? Cela ne doit pas être bien clair dans votre conscience pour que vous ne vous affichiez pas immédiatement. finalement vous nous accusez nous catholiques de ne pas être des hommes vraiment libres de vivre sous le « joug » d’une institution alors que cela ne nous pèse en rien (« sachez que mon joug est facile et léger à porter » nous dit le Christ) puisque je le répète dès le départ nous ne vous cachons rien nous la jouons cash en vous affirmant notre foi catholique. On pourrait alors se poser la question mais est ce vous qui êtes vraiment libres? Vous hésitez à vous exprimer, on dirait que vous avez peur de troubler quelqu’un, un supérieur peut être? Un supérieur en loge, en grade? Devez vous demander l’autorisation à quelqu’un de vous exprimer pourtant dans le mot franc maçon il y a le mot franc qui veut dire libre, mais êtes vous si libres que cela? Avec tous vos grades, vos loges, vos convents, vos constitutions finalement vous êtes sous la tutelle d’une hiérarchie vous même, non? Alors que reprochez vous à l’eglise catholique? D’être hiérarchique alors que vous mêmes vous l’êtes, vous appartenez à une hiérarchie (et il faut avouer que chez vous elle est forte car elle réussit à vous faire croire justement qu’il n’y en a pas et qu’en plus elle arrive à faire de vous un héraut de l’absence de contrainte dans la franc maçonnerie alors que si on regarde dans le concret c’est faux, alors arrêtez de vous voiler la face et au lieu de choisir la révolution choisissez plutôt la révélation, elle vous aidera à sortir des fumées de Satan qui se trouvent dans la maçonnerie).
    Après visiblement vous vous réclamez d’un athéisme fervent, alors c’est sûr qu’en ce bas monde les forces invisibles et surnaturelles ne se manifestent pas tous les jours mais ne vous inquiétez pas lorsqu’il faudra passer de l’autre côté, vous y verrez plus clair mais il ne faudrait pas que cela soit trop tard en tout cas pour ma part je ne vous le souhaite pas, je vais prier pour que vous trouviez la vraie lumière pas la fausse, celle de ce monde (la lucis ferro), car je vous assure qu’une fois passé de l’autre côté vos « beaux » principes de liberté, tolérance etc. n’ont plus court soit vous suivez le Christ soit vous suivez l’autre et vos grand potes FM le savent bien cela mais bien sûr ils ne vous le diront jamais. ce sera l’heure de comptes aussi pour la maçonnerie, on verra plus clair sur sa politique prétendument progressiste et humaniste etc. notamment avec ces millions de vies qu’elle a contribué à supprimer par sa mentalité délétère distillée auprès de nos concitoyens notamment avec cette mentalité contraceptive ambiante. Ce qui est dommage c’est que cela vous ne voulez pas le reconnaitre mais vous le présentez comme une avancée pour l’humanité parce que c’est bien cette mentalité de l’esprit du monde toute vie ne vaut pas d’être vécue pour vous si elle n’est pas rentable, dans ce cas on peut la supprimer, en cela la maçonnerie c’est de l’orgueil , elle se prend pour Dieu et se permet de juger qui doit vivre et qui doit mourir.

  • petittroupeau

    2 poncifs de l’esprit du monde contradictoires, pas besoin de développer plus au demeurant:
    – le « drame humain » de l’avortement à éviter par la contraception: poncif qui ne tient pas la route car la société actuelle pourtant bien sujette à la contraception, la pratiquant à tour de bras et bien malgré cette vue idéalisée de notre « rationaliste », il n’y a jamais eu autant d’avortements aujourd’hui , cela ayez la franchise cher Michel THYS de le reconnaitre au moins! Ne vous enfermez pas toujours derrière des stéréotypes bien convenus qui en réalité ne tiennent pas la route quand on gratte un peu dans le sens du terrain et de la logique, vous qui vous réclamez d’un rationalisme à toute épreuve , je suis étonné par vos propos
    – de même attribuer le comportement criminel d’un staline, d’un Hitler à cause de la religion, là aussi c’est un peu fort de café, c’est ce qu’ils vous enseignent dans les loges? Là je ne m’étonne pas après de leur haine antireligieuse et anticléricale c’est clair, bientôt si il y a des tsunamis, des explosions nucléaires, la disparition des puits de pétrole, la pollution sur la planète, la crise économique c’est de la faute de la religion, ah elle a bon dos tout de même la religion de surcroit vous allez m’affirmer bien entendu la religion catholique forcément, cela va de soi!
    ON se demande qui est le plus rationaliste, le plus émotionnel dans l’histoire? Oui on se le demande…

  • Michel THYS

    Bonsoir Johan,
    Je me suis donc « infligé » une seconde fois les deux vidéos de votre conférence. Auriez-vous, vous, consacré 45 + 33 minutes à lire ma modeste prose ? Je me permets d’en douter …
    Je déplore que, vous adressant à des catholiques actuels, vos accusations ne concernent essentiellement que des francs-maçons du 19e siècle et du début du 20e, alors qu’ils étaient pourtant quasi tous catholiques, comme par exemple Théodore Verhaegen, fondateur en 1834 de l’Université Libre(-exaministe) de Bruxelles, qui était catholique pratiquant mais antidogmatique et anticlérical, en réaction légitime à la toute puissance de l’Eglise de l’époque.

    Je regrette aussi que, par un malencontreux « problème technique », le débat qui, j’ose l’espérer, a suivi, n’apparaisse pas. Serait-ce parce que votre haine viscérale, injustifiée et donc exagérée de la franc-maçonnerie a peut-être desservi votre thèse et votre crédibilité, notamment lorsque vous insistez démagogiquement sur sa soi-disant volonté de « détruire la nation, la famille, la femme, … » ou à cause de votre croyance anachronique en l’existence de « Satan » ou encore de votre surestimation des juifs francs-maçons et de leur influence ? .
    Dans le même sens, vous attribuez des quantités de crimes et d’attentats à des « francs-maçons » sans apporter la preuve qu’ils l’étaient, ce dont je doute.

    Quelques remarques encore : les « hauts grades » ne maintiennent pas les trois premiers « dans l’ignorance » : tout simplement, le symbolisme et les sujets philosophiques qui les occupent ne sont pas les mêmes. Je le répète : il n’y a aucune relation entre les Loges bleues et les rouges et blanches.

    Vous accusez la franc-maçonnerie de « formater » ses membres. Ce n’est vrai que dans la franc-maçonnerie « régulière », théiste anglosaxonne. Pourquoi diable (!) ne parlez-vous pas de « l’Opus Dei », qui noyaute la finance, l’économie, les intellectuels, le pouvoir politique, etc ? Pourquoi ne parlez-vous pas du très catholique et eugéniste docteur Alexis Carrel, prix Nobel, qui fut une précurseur du nazisme en préconisant dès 1934 l’emploi de gaz appropriés (d’où le Zyclon B) pour éliminer les malades mentaux , les voleurs, les criminels, et autres ? Ou encore de la collusion entre Mgr Paccelli et Hitler lors du « concordat de 1933 » ?

    D’autre part, vous reprochez aux francs-maçons de défendre la laïcité (uniquement « politique » en France, séparant l’Etat et les religions, alors qu’en fait, elle les favorise toutes ! Moi, je reproche aux laïques français de ne pas suffisamment défendre, depuis 11905, la laïcité « philosophique », celle qui est antidogmatique et anticléricale, mais pas antireligieuse.

    Je dois constater finalement que vous n’êtes pas objectif : vous cherchez en effet à convaincre que vous avez raison, alors qu’en faisant le « procès » de la franc-maçonnerie « à charge et à décharge », chacun pourrait se faire sa propre opinion, comme le proposerait un libre penseur athée et franc-maçon, par simple honnêteté intellectuelle. Mais c’est hélas incompatible avec votre conception d’une « Vérité absolue et révélée » et avec votre obligation d’évangéliser …
    Grand bien vous fasse !

  • 777laurent

    @ M.Thys

    Parlons de l’athéisme dont vous semblez vous parer assez orgueilleusement :

    Ne savez-vous donc pas que l’athéisme est une imposture philosophique majeure, qui ne résout rien ?

    L’athéisme n’est pas une philosophie rationnelle, mais un idéalisme religieux, une religion magique et idolâtrique qui n’est autre que le vieux panthéisme païen.

    Dans notre société déchristianisée, notamment depuis la Révolution française, la plupart des penseurs « officiels » sont athées – et ils sont même majoritaires parmi les philosophes actuels. Cependant leur athéisme, qui est une imposture intellectuelle prétendument rationnelle, est en fait le résultat d’une opinion magique, non d’une analyse des lois du réel objectif que les penseurs actuels ignorent absolument.

    Pourquoi magique ?

    Et bien ils « croient » (c’est bien un acte de foi, donc religieux ) que l’univers s’est crée tout seul ! Ils croient que la matière s’est crée toute seule !

    – Pourtant rien ne peut sortir du néant… ?

    Et bien si, pour les athées, du néant peut en sortir l’univers…
    Pour Karl Marx, l’univers ne doit son existence qu’à lui-même…

    Cette affirmation aboutit fatalement à un dogme païen :
    l’univers est divin !

    On constate bien que l’athéisme pur est incompatible avec l’existence du monde, ou, ce qui revient au même, l’existence du monde est incompatible avec l’athéisme pur. L’hypothèse athée est absurde et inutilisable, à cause de l’univers.

    la génération spontanée de l’univers que soutient l’athéisme, oblige à attribuer à l’univers des pouvoirs merveilleux, magiques, divins. C’est affirmer que l’Univers est plus puissant et mystérieux encore que Dieu qui ne s’est pas auto-généré, mais qui existe, selon l’Ecriture Sainte, de toute éternité. C’est en revenir aux doctrines des premiers balbutiements philosophiques simplistes d’Anaximandre de Milet, d’Anaximène ou d’Héraclite d’Ephèse – ; à une pensée théogonique de type mythique ; à l’animisme cosmique, au panthéisme des primitifs, à la métaphysique indienne païenne

    Or pour la création du monde, il faut bien une cause première qui ne soit pas contingente à ce même monde.

    En effet, comment de la matière inerte (prenons de la pierre…), peut-elle donné vie ? Pour l’athéisme, l’univers avait déjà en lui, d’une manière occulte, la vie et la pensée !

    Là on est en plein rêve naïf ! Pour la philosophie athée, les nuages diffus d’hydrogène qui régnaient originellement sur l’univers contenaient déjà en eux-mêmes le cœur battant des hommes, leur intelligence et leur génie créateur. L’univers avait déjà en lui, d’une manière occulte, la vie et la pensée, puisque la vie et la pensée ont été produites par l’Univers lui-même. C’est du pur délire !…http://lebloglaquestion.wordpress.com/2011/01/04/l%E2%80%99atheisme-une-imposture-philosophique/

  • Michel THYS

    Bonjour Petittroupeau.
    Je n’ai jamais caché que je suis franc-maçon, comme vous le constaterez par exemple ci-dessous :  http://www.sectes-infos.net/Dialogue_Thys_Tarassi.htm (de 2007) :
    « Dialogue entre Michel Thys, ancien président de la Libre pensée de Schaerbeek-Bruxelles, membre d’une loge du Grand Orient de Belgique, texte en bleu clair sur cette page, et André Tarassi, du Centre d’Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS), texte en bleu foncé sur cette page. 
    M. Thys, qui a autorisé la publication de cet échange, a souhaité apporter la précision suivante : 
     « Je ne m’exprime évidemment qu’en mon nom personnel, et non en celui des membres du Grand Orient de Belgique. S’ils partagent les principes et les valeurs qui m’animent, ils ont chacun leur propre perception du phénomène sectaire, avec toutes les nuances que cela implique. »
    Idem pour leur perception du phénomène religieux.

    La foi et l’absence de foi font partie de la vie privée. Je ne fais donc pas état tous azimuts de mon athéisme ni de mon appartenance maçonnique, sauf bien sûr lorsque je la révèle indirectement du fait de mes idées ou que j’estime devoir réagir à des assertions non fondées à son endroit. Je ne fais pas pour autant du prosélytisme (malgré parfois les apparences !) en faveur de l’athéisme ou la franc-maçonnerie a-dogmatique, et je déplore donc que évangélistes, eux, se sentent obligés de propager « la Bonne Nouvelle » (pour mériter leur « « Salut » ? ) : chacun devrait pourtant avoir le droit et la possibilité de se forger ses propres convictions, qu’elles soient religieuses ou non confessionnelles.

    Personne n’est vraiment libre. Mais certains, croyants (subjectivement) ou incroyants (rationnellement), le seraient-ils plus que d’autres ? Je pense que l’on n’est (autant que possible) libre qu’à la condition d’avoir pris conscience des des convictions et des conditionnements qu’on nous a imposés, quelles qu’ils soient, et de les avoir remis en question. A fortiori si l’on a été capable d’en changer. J’ai eu cette chance, en découvrant à 21 ans les options non confessionnelles que (même) le protestantisme (libéral) m’avait occultées entre 1952 et 1958. Au-delà de l’âge de 25 ans, je serais très probablement resté croyant, pour ne pas me déstabiliser dans mes certitudes.

    La seule crainte que j’ai parfois, je vous l’avoue, c’est, bien involontairement, de risquer, par mon argumentation laïque et humaniste, de faire perdre la foi à quelqu’un qu’elle rend pourtant heureux, sans avoir eu l’occasion de lui faire découvrir en contrepartie l’alternative de l’humanisme laïque. Mais je me dis que s’il « sent Dieu aussi simplement que la chaleur du soleil » (Dr Alexis Carrel), il ne s’aventurerait pas à lire la prose d’un mécréant tel que moi. S’il la lit, c’est qu’il est ouvert à la « différence de l’autre » et à la découverte d’horizons philosophiques occultés par sa religion.
    Ceux qui évangélisent cherchent au contraire à convaincre, empêchant chacun de se faire sa propre opinion. C’est leur droit, en vertu de « la liberté d’expression », mais je le regrette. C’est ce qui nous différencie.

    Pour m’exprimer, où que ce soit, étant « un Maçon libre dans une Loge libre » (les majuscules indiquent que les mots ne sont pas pris dans leur sens « profane »), nul besoin d’une quelconque « autorisation » ! Mais il est vrai, soit dit sans trahir aucun « secret » (il n’y en a d’ailleurs aucun !), qu’en Loge , il faut demander à prendre la parole. Cela permet de ne jamais être interrompu, ce qui n’existe nulle part ailleurs ! Il n’y a aucune « hiérarchie » : les « Obédiences » ne sont que des confédérations administratives de Loges, celles-ci devant seulement respecter des « statuts et règlements », comme dans doute société humaine.

    Ce que je reproche à l’Eglise catholique, comme d’ailleurs à toutes les religions – l’islam surtout – c’est d’empêcher ou de limiter la liberté de conscience, de religion et de pensée. Heureusement, sous nos latitudes européennes, de plus en plus de catholiques, notamment, condamnent le dogmatisme et le néocléricalisme (sauf bien entendu les fondamentalistes !).

    La franc-maçonnerie n’a pas « contribué à supprimer des millions de vies » par la contraception et la légalisation partielle de l’avortement : la vie « humaine » n’est que potentielle aux stades d’ovule, de spermatozoïde et d’embryon. La franc-maçonnerie ne se permet pas non plus de « juger qui doit vivre et qui doit mourir ». Le droit de « mourir dans la dignité » sera un jour légal partout.
    Cordialement,
    Michel THYS

  • Michel THYS

    Bonjour Renaud,
    Bien que soyez croyant et moi athée, nous avons des approches relativement comparables du phénomène religieux, la vôtre « psychique » et même « psychosomatique », la mienne plus neurophysiologique : http://michel.thys.over-blog.org/article-une-approche-inhabituelle-neuroscientifique-du-phenomene-religieux-62040993.html dans laquelle je cite Henri Laborit.
    Nos conclusions sont évidemment différentes.

    Les « sciences Psy », grâce à l’IRM fonctionnelle, ne se limitent plus actuellement « au versant pathologique » : toutes les activités mentales et même physiques sont étudiées, notamment le fonctionnement des neurones pendant un apprentissage, la prière, la méditation, l’extase mystique et même pendant un orgasme ! (cf notamment « La biologie de dieu », de Patrick Jean-Baptiste).

    Vous écrivez que « la dimension spirituelle transcende le psychisme ». Je préfère dire qu’elle est une « émanation » encore inexpliquée du fonctionnement cérébral, résultant de l’hypertrophie évolutive du cerveau émotionnel et du cerveau rationnel du primate humain.
    Le « lieu psychique commun à tous les humains », c’est pour moi sa composante irrationnelle et atavique qui ne devient une croyance religieuse qu’à la suite d’une éducation en ce sens. En effet, en l’absence de toute éducation religieuse, la foi n’apparaît pas, comme l’a montré le psychologue religieux Antoine Vergote.

    Je ne vous suis pas lorsque vous écrivez : « Chassez Dieu et tôt ou tard vous chasserez l’homme ». Il est vrai que « la peur du gendarme », du « Dieu qui voit tout, entend tout, sait tout » a fait son temps. Elle n’a hélas pas été remplacée par un humanisme laïque, par une éducation morale, non plus soumise à des impératifs religieux, mais développant l’autonomie de la conscience, la responsabilité individuelle, l’esprit critique à tous égards, etc. En France, la laïcité « politique » de 1905, est certes nécessaire, mais de nos jours elle favorise paradoxalement toutes les religions , surtout l’islam et donc l’islamisation ! Sans le dire, Vincent Peillon l’ a compris : par le cours de morale non confessionnelle, il favorise enfin la laïcité « philosophique », à la belge, certes antidogmatique et anticléricale, mais pas antireligieuse, puisque la foi, librement choisie, restera toujours une option légitime et respectable.

    « Les révolutions matérialistes » depuis le 18e siècle ne sont pas dues, selon moi, à la « mort de Dieu », ou à l’athéisme, mais (je simplifie) à la domination de l’Eglise et à la volonté de pouvoir des nantis. A la base de « l’antagonisme », je vois la peur du prédateur, de l’autre, de sa différence. Je l’ai écrit ici et ailleurs : du fait de tous nos déterminismes, nous sommes beaucoup moins libres que nous ne le pensons. On ne peut tendre que vers plus de liberté, en s’affranchissant de nos conditionnements.

    Vous semblez estimer que l’athéisme est un bras d’honneur orgueilleux « à Dieu et à la Création », alors que l’un et l’autre sont, à mes yeux, des produits anthropomorphiques de l’imagination. Tout retour vers un « Père protecteur et substitutif » (Vergote) serait une régression profitable aux religions et à leur volonté d’aliéner les consciences, et cela ne ferait qu’accroître l’antagonisme des religions, chacune cherchant à imposer sa « Vérité  absolue, révélée » et intolérante.
    Bien à vous, Michel THYS

  • petittroupeau

    à MIchel Thys,

    vous êtes franc maçon merci de la précision, ce n’était pas clairement écrit dans vos premiers posts, j’ai bien perçu que vous le défendiez mais à aucun moment je n’ai lu que vous en étiez un vous même.
    ENsuite, pourquoi partez vous du postulat que ce que l’on nous enseigne, ce que l’on nous inculque parfois avec contrainte c’est certain est forcément une mauvaise chose et qu’il faudrait s’en débarrasser pour une autre voie? Pourquoi cela? Pourquoi n’acceptez vous pas avec humilité ce que l’on vous transmet, les gens qui l’ont eux mêmes reçus de leurs aieux n’en sont pas morts à ce que je sache, bien au contraire, c’était pour leur bien. Si je suis votre réflexion finalement bien « rebelle » alors il faudrait que dès bébé parce que je décrète que je suis libre et bien je rejette tout, c’est une forme de suicide que vous nous proposez là? (enfin cela ne m’étonnerait pas vu que les francs maçons outre l’avortement prônent le suicide par l’euthanasie donc c’est une manie chez vous de vouloir tout maîtriser au lieu de vous abandonner à la divine providence). Pour en revenir au bébé, finalement il faudrait que celui-ci finalement rejette le biberon que sa maman lui tend, n’accepte pas les habits qu’elle lui met enfin qu’il rejette l’éducation qu’on veut bien lui donner, donc c’est toujours pareil : être un révolté, cela ce n’est pas la liberté c’est de la licence, « j’ai le droit de faire ce que je veux », non objectivement , non ce n’est pas possible. Même les méchants ne donnent pas de serpent à leurs enfants croyez vous que Dieu puisse donner une pierre à manger à ses enfants lui même? Croyez vous que l’Eglise catholique qui est la maman des croyants (dans l’âme) puisse donner elle aussi une pierre à ses enfants?
    Je pense que vous avez vraiment le cerveau à l’envers, franchement prenez du temps à réfléchir, à méditer, à effectuer une retraire spirituelle au lieu de perdre du temps dans les loges où on vous met le cerveau à l’envers.
    Quant à l’implication de la FM dans l’avortement, regardez ne seraient ce que les images d’archives des années 70 où un grand maitre du nom du Dr Jules Simon se « vantait » d’avoir fait avancer les mentalités à ce sujet, assumez un peu vos positions au lieu de toujours esquiver même si je vous l’accorde je n’aimerais pas à avoir les assumer en effet. Et si des catholiques comme vous dites aujourd’hui « condamnent » le dogmatisme de leur religion c’est parce qu’ils sont sous l’influence de cette pensée libérale qui dirige le monde depuis 1789 et qui peu à peu même chez les cathos s’insinue tel un acide qui leur ronge le cerveau les empêchant de mieux connaitre leur Dieu et ainsi de mieux l’aimer (baisse de la pratique religieuse, méconnaissance de leur histoire commune, céder à l’esprit du monde)

  • Michel THYS

    Bonsoir 777laurent :
    Qualifier l’athéisme « d’imposture philosophique » ou d’ « opinion magique » ne constitue pas un argument. L’athéisme est certes un idéal d’émancipation des obscurantismes, mais il est tout le contraire d’une religion, quoi qu’ait pu en dire maladroitement le ministre Vincent Peillon, et certainement pas un panthéisme puisque si l’on nie l’existence d’un dieu, cela vaut a fortiori pour tous les autres.

    Bien que vous ne les définissiez pas, nous n’avons pas la même conception des « lois du réel objectif ». Selon moi, l’être humain naît « a-thée », avec seulement une prédisposition virtuelle à la croyance qui ne se concrétisera qu’à la condition qu’on la développe précocement et affectivement, en l’absence de tout esprit critique. C’est une constatation sociologique, et même une loi naturelle. Dans cette optique, je considère évidemment que tout enseignement confessionnel, même s’il met parfois hypocritement un peu d’eau dans son vin, est prosélyte, voire évangélisateur, inégalitaire et donc communautariste, intolérant et donc obsolète. Cf. http://www.manifestedegobertange.sitew.be

    Un athée ne « croit » pas que « Dieu » n’existe pas : il « pense », il estime, il conclut, avec sa raison, qu’il n’existe pas, ou plutôt qu’il n’a qu’une existence subjective, imaginaire et donc illusoire. La croyance religieuse relève en effet essentiellement du cerveau émotionnel, même si le croyant la rationalise a posteriori pour la rendre intellectuellement acceptable. L’univers ne s’est pas créé : il y a eu forcément un « avant big bang », sous forme de matière ou d’énergie (E=m.c²) « éternelles » existant dans un temps et un espace infinis. Les notions de « création », et de « cause première» sont anthropomorphiques, et celle de « néant » est à mes yeux une création de l’esprit. Mais il est tellement plus facile et sécurisant d’expliquer ce qu’on ne connaît pas ou ce qu’on ne comprend pas par l’intervention divine …

    Il n’y a pas de « génération spontanée », depuis Louis Pasteur, ni de « création », depuis au moins Lavoisier : « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ». Les conceptions des philosophes du passé, sauf celles de quelques-uns, comme Démocrite « Les mondes sont innombrables » ou Lucrèce, sont intéressantes mais obsolètes. Les sciences, dont les découvertes sont convergentes, progressent à grands pas dans la découverte des processus biochimiques qui sont à l’origine de la transformation de matière organique en matière vivante, capable de se complexifier et de se reproduire. Mais cela prendra encore quelques générations : la croyance religieuse a donc encore une légitimité et quelques beaux jours devant elle !
    Merci enfin de mentionner le site http://lebloglaquestion.wordpress.com/2011/01/04/l%E2%80%99atheisme-une-imposture-philosophique/
    dans lequel j’étais longuement intervenu en 2011.
    Cordialement, Michel THYS

  • Michel THYS

    @ Petittroupeau : Je dis seulement qu’il faut, non pas rejeter tout ce qu’on nous enseigne, mais pratiquer le doute systématique et tout mettre en question. « Accepter avec humilité ce qu’on nous transmet »; fût-ce sincèrement et de bonne foi, ce serait se soumettre inconditionnellement.
    Or, comme le disait Henri Poincare, « la pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être ».

    Ce n’est qu’à partir de « l’âge de raison », vers 7 ans, qu’un enfant commence à comprendre les idées de ses parents croyants. Auparavant, ceux-ci devraient, par honnêteté intellectuelle et morale, s’abstenir de l’influencer affectivement par leurs comportements religieux, parce qu’ils laissent des traces indélébiles dès l’âge de 3 ans dans le cerveau émotionnel. On ne le sait que depuis quelques années, mais on savait déjà que seuls des souvenirs à forte charge affective sont mémorisés avant l’âge de 5 ans. Hélas, les influences religieuses bénéficiaient d’un « préjugé favorable d’honorabilité ».

    Il n’est pas question « de tout maîtriser », mais seulement de rendre chacun maître de soi, afin qu’avant de mourir on ne cède pas au lâche « pari de Pascal » (rien à perdre si Dieu n’existe pas, mais, tout à gagner s’il existe). Pas question de faire de nos enfants des « révoltés », mais bien des êtres autonomes, responsables et respectueux des autres et d’eux-mêmes.

    Depuis plus de 50 ans que je réfléchis, je ne risque plus de redevenir croyant ! Je risquerais alors, comme vous, de cautionner le dogmatisme religieux, alors même que tout indique qu’heureusement ce temps est révolu. Mais je vous souhaite évidemment de conserver votre foi, puisqu’elle vous est apparemment bénéfique.
    Cordialement,
    Michel THYS

  • Johan Livernette

    A Michel Thys, « je vous souhaite évidemment de conserver votre foi, puisqu’elle vous est apparemment bénéfique » : en effet, elle pourrait même nous donner l’accès au paradis alors que votre doute vous emmènera à coup sûr en enfer.
    Cordialement.
    Johan

  • Michel THYS

    @ Johan Livernette :
    J’espérais vous voir étayer votre point de vue de manière plus pertinente. Pouvez-vous m’apporter la preuve que le paradis et l’enfer existent ailleurs que dans votre esprit, parce qu’on les y a mis quand vous étiez petit …? Libre à vous de continuer à être mû par « la carotte et le bâton » et même, du fait de la liberté d’expression, de propager cette croyance obsolète, mais je la condamne parce qu’elle me paraît indigne de l’être humain, pourvu par l’évolution (pour vous par « Dieu ») de la capacité d’être autonome et responsable plutôt que de rester soumis comme un enfant. Je serais intéressé de savoir si, à notre époque, le fondamentalisme religieux fait encore recette en France. Merci d’avance.

  • petittroupeau

    à Michel Thys,

    je comprends votre sincérité et votre interpellation mais les dogmes de l’Enfer et du paradis sont clairement énoncés dans l’Evangile et l’Evangile est la parole de Dieu, Dieu ne peut pas se tromper ni nous tromper , en revanche nos réflexions, nos recherches , notre liberté sont, elles, soumises à l’erreur. Comme vous l’écrivez aussi, vous nous affublez du titre d’enfant et l’on vous en remercie car c’est cela le paradis c’est être comme ces tous petits comme le disait Notre Seigneur à ne pas tracer toute la journée, tout le temps comme le font les adultes des conjectures mais rester simple, dans l’amour de Dieu et en ne se comportant pas comme des rebelles , ivres de liberté tels un Adam et Eve prenant le fruit défendu alors que nous sommes dépendants comme les petits enfants en effet par rapport à leur Créateur. En cela nous imitons le Christ qui nous a montré la voie (pourtant Il était Dieu) en obéissant lui même à son Père jusqu’à la mort si il le fallait par amour pour son Père, par amour de l’obéissance car même si cette voie semblait a priori difficile et peu engageante c’était pourtant la meilleure à prendre car DIeu le Père le voulait ainsi et je le répète Il ne peut se tromper ni nous tromper, contrairement à ces maximes du monde que vous défendez avec ardeur alors qu’elles vous aveuglent, elles vous procurent une satisfaction voire une jouissance immédiate alors que peu après avoir consommé ce « plaisir » elles vous laissent un goût amer, de dégoût alors que les maximes du Bon Dieu sont au début difficiles mais laissent ensuite une joie intérieure bien appréciable qui ne nous sera pas enlevée.

  • Michel THYS

    @ Johan Livernette :
    Bonsoir Johan,
    Merci pour votre réponse. « L’Evangile est la parole de Dieu », mais seulement pour les croyants, car pour moi, les évangiles sont oeuvres humaines, prétendument inspirées par « Dieu », auquel vous attribuez par anthropomorphisme des capacités humaines telles que « la parole , la « volonté » mais pourtant aussi l’incapacité de « se tromper » ou de « nous tromper ». Cela fait en effet partie des « erreurs » humaines.

    Seuls les enfants sont totalement dépendants de leurs parents, comme l’avaient bien compris les rédacteurs de la bible « Laissez venir à moi les petits enfants » : ils sont totalement malléables ! J’y vois une insigne malhonnêteté intellectuelle et morale, mais je comprends que les croyants refusent de la reconnaître : ce serait se désavouer et se saborder …

    Les « maximes » humanistes ne procurent à celui qui les énonce ni une « jouissance immédiate », ni un « plaisir », mais seulement, en effet, la « satisfaction » d’avoir peut-être fait découvrir à certains croyants en quête d’éléments nouveaux des critères d’appréciation occultés auparavant par les religions.

    Votre croyance religieuse inébranlable et fondamentaliste tend à confirmer la pertinence de mon explication de l’imprégnation indélébile de la foi infantile dans le cerveau émotionnel, qui reste prédominent par rapport au cerveau rationnel, indépendamment de l’intelligence et de l’intellect ultérieurs.
    Je vous en remercie, tout en reconnaissant la légitimité de votre foi : « elle se vit » et n’a donc pas à se justifier rationnellement. C’est sans doute là le seul point sur lequel nous nous rencontrons.
    Cordialement,
    Michel THYS

  • petittroupeau

    à Michel Thys,

    en effet c’est là le seul point où nous nous rencontrons, comme vous le dites bien notre foi se vit et ne se justifie pas rationnellement puisque cela relève de la surnature, c’est ce qui nous différencie avec vous les rationalistes ou homme moderne, il vous faut une explication sur tout alors que nous, (nous ne sommes pas pour autant contre toute explication certainement) nous acceptons aussi de ne pas avoir d’explication sur tout, nous faisons confiance en Dieu dont les positions sont parfois sans explications (et en soi cela est normal sinon si tout était explicite Dieu ne serait plus Dieu) mais par amour pour Lui nous suivons son chemin même si cela peut paraitre scandale pour les juifs et folie pour les Romains (voyez Abraham a fait confiance en Dieu et était prêt à sacrifier son fils Isaac sans explications, ce n’est pas par débilité qu’il a fait cela mais par obéissance, sachant que les voies de Dieu sont impénétrables mais il a fait confiance il a tenu jusqu’au bout et finalement il a témoigné de son amour de Dieu , il savait que la demande donnée par Dieu était bonne quoi qu’il en coûtait).
    Après pour en revenir sur la voie de l’enfance qui a l’air de vous marquer, Notre Seigneur Jésus Christ nous spécifie bien qu’il faut leur ressembler, parole de l’Evangile : « si vous ne redevenez pas comme ces tous petits, vous n’entrerez pas dans le Royaume de Dieu », je crois que c’est clair non?
    Après nous ne pouvons pas nous comprendre car vous, vous cherchez d’après ce que je comprends les découvertes , les sciences de cette terre, ce qui n’est pas un mal en soi soit dit en passant mais cela peut le devenir si vous ne pensez qu’à cela car cela devient une idolâtrie puisque votre cœur, votre intellect , votre énergie sont tous dirigés vers ces choses là alors que Bon Dieu nous promet et nous demande des choses plus grandes qui relèvent du Royaume de Dieu et nous catholiques nous dirigeons toute notre personne vers cela d’autant que ce sont des choses qui ne disparaitront jamais contrairement à vos sciences, découvertes, richesses temporelles, tout cela passera, tout cela retombera en poussière alors pourquoi perdre sont temps à se préoccuper de ces choses qui tomberont en poussière, pourquoi? Posez vous la question : » à quoi sert de gagner le monde entier et l’univers si je perds mon âme » à quoi cela m’a t il servi de tout savoir , de tout connaitre, de tout posséder si je perds Dieu , si je perds mon âme, c’est un commandement… d’amour… de Jésus Christ pour nous catholiques: « cherchez d’abord le Royaume de Dieu et le reste vous sera donné en surcroit ». Le problème de vous les rationalistes, les francs maçons et autres chercheurs c’est que vous vous focalisez d’abord sur le surcroit et vous laissez le royaume de Dieu de côté, c’est ce qui causera votre perte au demeurant, à inverser ces valeurs alors que Le Christ nous trace la route à suivre pour être heureux.

  • Michel THYS

    @ Petittroupeau ou @ Johan Livernette :
    Excusez-moi de ne plus savoir parfois si je réponds à l’un ou à l’autre, mais c’est cela revient au même puisque vous témoignez de la même foi.
    Nous divergeons évidemment à propos de la « surnature », du « surnaturel », puisque, à mes yeux, il désigne seulement, ce qui n’est pas encore connu, compris et expliqué scientifiquement ou rationnellement.

    « Si tout était explicite, Dieu ne serait plus Dieu » et deviendrait en effet inutile, n’ayant plus à combler l’intervalle provisoire entre le connu et l’inconnu. Il ne faut pas aux rationalistes « une explication sur tout » (les sciences progressent lentement mais sûrement, étant entendu qu’elles n’expliqueront jamais tout le passé évolutif depuis que la vie est apparue sur Terre et qu’il y a des primates dont nous sommes, à la fois les meilleurs et les pires.

    Je pense qu’il faut « faire confiance », non pas en un dieu dont tout indique qu’il n’est qu’imaginaire et donc illusoire, mais en l’Homme, du moins s’il est placé dans un environnement socioculturel favorable à son émancipation et à son épanouissement. Les francs-maçons se témoignent mutuellement une confiance a priori car elle est fondée sur leur dénominateur commun de partager les mêmes valeurs humanistes et de contribuer au progrès de l’humanité à long terme.

    Contrairement à vous, je prévois que dans l’avenir, du moins dans nos pays européens, ce seront les croyances religieuses et non pas les sciences qui disparaîtront. Il n’est pas question pour les incroyants de vouloir « gagner le monde »; d’imposer comme les religions une « Vérité » exclusive à la planète entière (ne projetez pas !), et encore moins « de perdre son âme », puisque, jusqu’à preuve du contraire, elle est aussi imaginaire de « Dieu ».
    Bien à vous,
    Michel THYS

  • petittroupeau

    bon malgré mes arguments pro catholiques ceux ci ne vous ont pas fait réfléchir visiblement, je vous souhaite néanmoins bon courage dans votre chemin en espérant aussi que nous n’illusionnerez pas trop les gens avec vos idées et qu’ils seront en mesure plutôt de chercher et de trouver la vérité que de s’égarer ou perdre leur temps et leur énergie pour de la poussière. Je ne désespère pas néanmoins que le Bon Dieu touche votre cœur et à ce moment là vous constaterez qu’Il n’est pas imaginaire, invisible oui certainement mais imaginaire non, Il intervient bien, sa providence intervient, Il veut être aimé caché tant que nous sommes sur cette terre d’ailleurs nous ne pourrions pas le voir directement sinon cela voudrait dire que l’on est mort et c’est aussi pourquoi il a pris cette nature humaine en s’incarnant en l’an 0 , le monde entier dès lors ne concevait pas , lui, Dieu de façon imaginaire puisqu’il l’a bien intégré dans son évaluation du temps si Il était imaginaire comme vous l’écrivez il ne l’aurait pas ainsi inscrit dans l’échelle du temps, d’autres personnes que Johan et moi même donc une bonne partie de l’humanité, donc nos ancêtres ont bien intégré que Dieu n’était pas imaginaire mais qu’IL était bien venu sur terre d’ailleurs c’est ce qui fait l’intérêt aussi de la religion catholique c’est la seule qui propose la venue de Dieu sur terre, cela vous ne le verrez pas dans d’autres religions donc c’est bien la seule religion qui démontre que Dieu s’intéresse à nous, ses créatures.
    C’est pourquoi selon vos conjectures, il est possible que les autres religions disparaissent au bénéfice des sciences qui ne s’imposeraient pas pour autant aux gens selon votre bon vouloir, le problème c’est que la nature a horreur du vide et je ne vois pas comment vous allez réussir à concrétiser votre chimère, vous vous trompez sur la nature de l’homme tout bon FM que vous êtes, vous croyez connaitre l’homme car vous en parlez avec « hauteur » dans vos loges mais dans l’hypothèse, je dis bien l’hypothèse car cela n’arrivera jamais que vous réussissiez vous et vos « frères » à virer la religion, tout en n’imposant pas les sciences chez les gens, qu’allez vous donc laisser dans le cœur de ces pauvres gens?L’homme est un être spirituel, il a été créé pour louer, honorer et servir Dieu hormis cela il va se trouver bien malheureux et ce dès cette terre si il ne correspond pas à sa vocation d’origine, seul Dieu peut combler le cœur de l’homme et certainement pas vos sciences et cie. En tout cas concernant la religion catholique ce n’est pas possible qu’elle disparaisse car Jésus Christ nous a promis que les portes de l’enfer ne prévaudraient pas sur elle et comme il nous l’a dit aussi , il n’a pas promis que tous les hommes seraient sauvés mais juste un petit nombre, pas grand chose, un reliquat d’hommes qu’Il a appelé , je vous le donne dans le mile : petit troupeau (clin Dieu)

  • Michel THYS

    Les cinq millions de francs-maçons théistes et déistes ne veulent évidemment pas « virer la religion ». Quoi que vous en pensiez, ce n’est pas non plus l’intention des quelque cent mille franc-maçons adogmatiques actuels, français et belges : ils attendent, passivement pour la plupart, que la religiosité continue à décroître dans nos régions, mais tous dénoncent le dogmatisme des religions (surtout islamique et évangélique) et leurs tentatives de reconfesionnaliser les consciences qui ont perdu la foi et de recléricaliser la politique pour qu’elle défende l’enseignement confessionnel (pourtant obsolète car élitiste et donc communautariste).

    Certes , « L’Homme est un être spirituel », mais la spiritualité n’est pas que religieuse : elle est aussi laïque et maçonnique, ce qui est évidemment occulté par toutes les religions.
    Le but de la science n’est pas de « combler le coeur des hommes » mais de découvrir ce qui n’est pas encore connu et de le transmettre à l’humanité. Par contre, au fur et à mesure que le catholicisme s’écroule dans nos régions, je pense que l’humanisme laïque, si du moins il était non pas prosélyte mais plus informatif, rendre les humains moins individualistes, plus solidaires et leur faire découvrir que la vie a le sens que chacun lui donne. Hélas, les athées estiment que chacun se forger sa propre opinion ou conviction, sans être influencé …

    Enfin, croire que « Dieu » s’intéresse à chacune de ses « créatures » et qu’il n’accordera le « salut éternel » qu’à quelques élus soumis, me semble orgueilleux, cruel et inhumain, alors qu’il est censé accorder son « pardon ».
    Désolé de vous faire bondir mais cela me fait même penser, mutatis mutandis évidemment, au Dr. Mengele qui triait les juifs à l’entrée des camps de concentration …

  • Michel THYS

    Mon commentaire est parti trop vite, non relu. Sorry …
    Il fallait lire :
     » (…) je pense que l’humanisme laïque, si du moins il était non pas prosélyte mais plus informatif, POURRAIT rendre les humains moins individualistes, plus solidaires et leur faire découvrir que la vie a le sens que chacun lui donne. Les athées estiment EN EFFET que chacun doit se forger LIBREMENT sa propre opinion ou conviction, donc sans être influencé … ».

  • Johan Livernette

    Monsieur Thys, je crois que vous avez suffisamment déversé votre propagande maçonnique (mensongère) sur ce site. Il est donc inutile que vous vous répétiez à longueur de journée pour avoir l’impression d’avoir raison.
    Encore une fois, regardez objectivement les fruits de notre société actuelle et ceux de la France du Moyen-Age : il n’y a pas photo. La France ne fait que régresser depuis 1789.
    Alors vous pouvez vous en prendre tant et plus aux dogmes catholiques, la France d’aujourd’hui n’est plus du tout chrétienne. En gros, si nous en sommes là aujourd’hui, c’est la judéo-maçonnerie qui en est responsable et non le catholicisme.
    Ceci étant dit, ce débat interminable, où vous vous répétez sans cesse et ne faites que relayer la pensée unique au sujet de la religion, est clos.
    Ce blog n’étant pas un dépotoir pour la propagande mensongère maçonnique.
    Cordialement.
    Johan

  • Michel THYS

    Nous sommes bien d’accord, Johan : il est grand temps, plutôt que de continuer à nous répéter sans cesse, de clore ce dialogue de sourds.
    Merci néanmoins – cela honore le journaliste que vous êtes – d’avoir autorisé que je puisse exprimer sur votre site religieux un point de vue athée qui, loin d’être une « propagande maçonnique » dont elle n’a nul besoin, est diamétralement opposé au vôtre.
    Ce ne serait pas le cas chez « Sédéva(ti?)cantisme » !
    Je m’efforcerai donc de ne plus intervenir -sauf urgence !-.
    Cordialement,
    Michel THYS

  • petittroupeau

    Merci Johan pour cette sage décision,

    en effet il ne sert à rien de continuer de discourir car les opinions sont irréconciliables (ce qui me parait d’ailleurs normal et sain dans un sens sinon cela voudrait dire de notre côté que le virus libéral qu’essaye de nous instiller m. Thys nous aurait contaminés), donc merci Johan d’intervenir et de clore ce débat somme toute qui est resté tout de même à mon avis bien courtois, un peu surprenant d’ailleurs comme quoi n’en déplaise à notre rationaliste invétéré et comme l’on dit peut être moins couramment aujourd’hui, car notre pays comme vous le soulignez si justement depuis 1789 est bien maçonnisé n’en déplaise encore à notre contradicteur qui a bien souvent esquivé là où cela faisait mal, notamment sur les décisions négatives prises par ses « frères » (mais je sais que dans les loges on les forme à esquiver et évacuer subrepticement ce qui dérange et ce en restant calmes):
    « un ange passe… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :