Saint Louis, la référence des rois de France

1214 est l’année de la victoire du roi Philippe Auguste à Bouvines. C’est aussi l’année où est né Louis IX, fils de la bienheureuse Blanche de Castille. Louis est né et baptisé à Poissy. Il est l’héritier du trône. Sa mère l’éduque avec sévérité, dans l’amour de Dieu et la haine du péché,afin qu’il soit un bon chrétien. En 1226, à l’âge de 12 ans, il devient roi de France, suite au décès de Louis VIII. Louis IX est sacré à Reims comme ses prédécesseurs depuis Clovis.

En 1228, une fronde est lancée par des aristocrates français avec le roi d’Angleterre contre la famille royale qui est alors soutenue par le peuple à Paris. L’année d’après, Louis IX prend part à sa première bataille. Il a 15 ans. C’est une bataille gagnée en soutien au comte Thibaut. En 1234 s’achève la régence de sa mère dans une France plusieurs fois attaquée mais enfin pacifiée. En cette même année, Louis IX se marie à Sens avec Marguerite de Provence le 27 mai.

La nouvelle reine de France eut 12 enfants. Elle soutient vivement son mari durant les croisades, avant de mourir à l’âge de 75 ans. Louis est à peine majeur qu’il remporte bataille sur bataille, faisant face à diverses agressions. Le 25 août 1248 survient la septième croisade. Louis IX y prend part avec, dans son sillage, chevaliers et nobles, sous la devise « Les gestes de Dieu par les francs ». Il va au front, en première ligne, même lorsque son frère, le téméraire Robert, perd la vie par imprudence. Saint Louis a un certain Joinville à ses côtés, un valeureux combattant, face à l’invasion musulmane. Le roi de France est emprisonné à Mansurah où on lui dit : « Renoncez à Jésus-Christ ou mourez ! » Il répond alors : « Mon corps, vous pouvez le faire mourir, mais mon âme, vous ne pouvez pas la tuer. » Sous la menace et la torture, il ne plie pas. Le sultan musulman exige une rançon pour le roi et les autres prisonniers. Saint Louis indique qu’il paiera lui-même la somme pour tous ses soldats. Il y eut, dans tout le pays, un élan de générosité. Tant est si bien qu’en avril 1250, la somme est acquittée. Par son comportement droit et pur, Louis IX attire même la sympathie des rois musulmans de l’époque qui le respectent. Saint Louis perd sa mère en novembre 1252. Il fond alors en larmes dans les bras de Joinville.

Après 6 ans d’absence, le roi de France rentre enfin à Paris. Il est un bâtisseur de cathédrales, de monastère aussi. Il fait construire pour sainte Isabelle -qui est sa sœur- le monastère des Clarisses de Longchamp à Paris. Louis IX a la foi chevillée au corps et il la transmet. La défaite de la dernière croisade, il l’attribue à ses péchés, sans chercher d’excuse ni de bouc-émissaire. Il est le lieutenant du Christ qu’on surnomme « le pacificateur ». Louis IX est un modèle de chef d’État. Droit et juste. Et alors qu’à cette époque, on se bat pour un rien, il fait interdire le duel sous peine de mort ou de confiscation de biens. Il fait également brûler tous les exemplaires du blasphématoire et honteux Talmud. Louis IX agit en réconciliateur dans un esprit de justice. D’après Joinville, il est aimé des bourguignons comme des lorrains. Saint Louis met fin au conflit avec les anglais par le traité de Paris en 1259 où il est généreux avec l’Angleterre en lui donnant des terres. Plus tard, en guise de « remerciement », il y a la guerre de Cent ans. Louis IX a montré l’exemple. Exigeant avec lui-même, il ne cesse de se sanctifier et continue à faire construire des cathédrales. Son œuvre majeure est, à n’en pas douter, la sainte Chapelle à Paris qui fut construite de 1246 à 1248 et qui est connue du monde entier. Les belles œuvres durent avec le temps. Elles traversent les siècles. Nous n’avons pas fait mieux, à ce jour, que ces constructions du Moyen-Age. À Paris comme en province, notamment à Chartres. Saint Louis œuvre au bien commun. Il construit mais n’endette point la nation française à la différence de nos dirigeants actuels soumis au diktat des banques privées. Louis IX oblige les juifs à porter un signe distinctif (à cause de l’usure) afin qu’on les reconnaisse. Dans son serment le jour de son sacre, Louis avait promis « la justice et la piété dans ses jugements ». Il a tenu parole tout au long de son règne. Les blasphémateurs sont lourdement sanctionnés sous Louis IX dont la justice est semblable à la justice divine, dans ses sanctions, décisions, les réconciliations qu’il opérait, dans le règlement des conflits. Le saint roi de France est proche des miséreux comme des malades (lépreux). Il fonde l’université de la Sorbonne avec le père du même nom. Il aide les étudiants pauvres à pouvoir accéder aux études. Saint Louis fait construire de nombreux hôpitaux, notamment pour les rescapés des croisades. Il est un homme généreux et dit : « Je préfère que cet excès de dépenses soit fait en aumônes, pour l’amour de Dieu, plutôt qu’en luxe et fêtes, pour l’amour du monde. » Louis IX donne de son temps, de son argent et de sa personne, auprès des pauvres et des aveugles. Le jeudi-saint, il lave les pieds des pauvres, prenant exemple sur Jésus-Christ. Il va aussi dans les hôpitaux soigner les malades. Saint Louis vit comme un religieux. Il fut d’ailleurs servant de messe. Il récite le bréviaire comme un prêtre, ainsi que le rosaire. Il assiste à 2 messes par jour. Joinville qui a écrit sur saint Louis est son ami et conseiller.

Les années passent. Saint Louis se bonifie. La France prospère. Elle rayonne à travers l’Europe. Le chômage a disparu. Les âmes sont en majorité en état de grâce, mais pas en Orient où l’islam est dominant. Vient l’expédition de Tunis où Louis IX espère la conversion du prince Al-Mustansir. S’en suit une bataille entre croisés et sarrasins. Dans ses dernières années, saint Louis est en mauvaise santé. Aussi prend-il le temps de dire à son successeur le roi Philippe : « Beau-fils, la première chose que je t’enseigne, c’est que tu mettes ton ton cœur à aimer Dieu car, sans cela, nul ne peut se sauver. Garde toi donc de faire des choses qui lui déplaisent, à savoir pécher. Aie le cœur doux et pitoyable aux pauvres. Fais justice à chacun, tant aux pauvres qu’aux riches. Veille bien à ce que les sujets vivent en paix entre eux, et soient loyaux vis-à-vis de toi. Maintiens dans les villes les libertés que tes devanciers ont leur ont accordées. (…) Je te donne toute bénédiction que jamais père puisse donner à son enfant. » L’agonie de saint Louis dure plusieurs semaines mais il continue de donner ses directives, avant de décéder le 25 août 1270. Il meurt donc en pleine croisade. Une croisade qu’a poursuivi Philippe III avec ardeur. Suite à son décès, il y eut 65 cas de guérisons miraculeuses. Louis IX fut canonisé le 11 août 1297 par le pape Boniface VIII. Plus tard, Louis XIV fonda un ordre de chevalerie qu’il nomma « Ordre de saint Louis ». Admiré même par les ennemis de la Fille aînée de l’Église et de la chrétienté, saint Louis demeure la référence des rois de France.

Johan Livernette le 25 août 2019 

Publicités

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :