L’esprit révolutionnaire juif – Morceaux choisis

Voici quelques extraits de l’immense livre d’Eugene Michael Jones intitulé L’esprit révolutionnaire juif et son impact sur l’histoire du monde :

« L’Europe, c’est la foi biblique plus la pensée grecque [1] : l’Europe est fondée sur le Logos. » (page 22)

« C’est uniquement dans le christianisme que les juifs peuvent trouver l’accomplissement de leurs attentes messianiques. » (page 78)

« La Kabbale semble être née au douzième siècle en Provence, où elle était l’équivalent juif de l’hérésie albigeoise, à savoir une résurgence du gnosticisme néoplatonicien. » (page 253)

« L’évangile se fait charnel quand on le sépare de l’Église ; il dégénère alors au point de justifier la violation de la chasteté et de l’interdiction de l’usure. Il devient en fin de compte, comme Nietzsche l’a dit, une façade pour la volonté de pouvoir. » (page 351)

« Grâce au soutien juif, [2] les calvinistes devinrent en 1566 la manifestation de la révolution mondiale. » (page 381)

« À l’instar des Cecil et des Russell, les Cromwell tiraient leur richesse et leur pouvoir du pillage des biens de l’Église catholique. » (page 448)

« La révolution est fondamentalement une idée juive. » (page 465)

« Au XVIIe siècle, la laïcisation était synonyme de judaïsation. Elle consistait à substituer l’Ancien Testament au Nouveau. » (page 465)

« La franc-maçonnerie, c’était du calvinisme laïcisé. » (page 540)

« Barruel se donne beaucoup de peine pour absoudre les loges anglaises de toute responsabilité vis-à-vis de la révolution française. » (page 576) « Selon Barruel, les loges anglaises étaient innocentes du complot révolutionnaire. » (page 577)

« La franc-maçonnerie est le lien crucial entre la haine juive ancestrale du Christ, d’une part, la révolution, de l’autre. La franc-maçonnerie est kabbalistique. À l’instar de John Dee, elle tire sa magie de la Kabbale. » (page 583)

« Tout pays qui abandonne la foi catholique et se détourne de la loi divine, comme la France le fit en 1789, finira gouvernée par les juifs. » (page 710)

« C’est l’esprit révolutionnaire plus que la pratique religieuse qui a représenté l’essentiel de la conscience juive tout au long des âges. » (page 767)

« Le Talmud a remplacé la Constitution comme axe de la vie américaine. » (page 871)

« Convaincu que ses vices sont des vertus, convaincu par Reich et Freud que la répression sexuelle est une mauvaise chose et que la moralité est un tabou irrationnel, le juif révolutionnaire peut transformer la culture américaine en la refaisant à sa propre image distordue. (…) La montée de l’humour juif s’est accompagnée de la judaïsation de l’Amérique. » (page 1019)

« La haine est une vertu juive. » (page 1053)

« Le néoconservatisme, comme le Front populaire américain des années 40, comme la musique folk des années 50, comme l’addiction des années 60 au sexe et à la drogue, comme le féminisme des années 70, était devenu le lieu géométrique de l’activité juive révolutionnaire dans le monde au début du troisième millénaire. » (page 1071)

« Quarante années d’exagération juive et de chutzpah n’empêchent pas que certains faits demeurent. L’Église n’est pas et ne peut en aucun cas être antisémite, car le terme renvoie essentiellement à la race et à la haine raciale. Or, l’Église ne peut promouvoir la haine raciale contre aucun groupe, et sûrement pas les juifs, car son fondateur était membre de ce groupe racial. L’évangile selon saint Jean n’en précise pas moins qu’il existe une profonde et irréductible opposition chrétienne aux juifs ayant rejeté le Christ. » (page 1109)

Johan Livernette le 27 août 2020

[1] Ce qui nous renvoie à l’équation suivante : Aristote + évangiles = Saint Thomas d’Aquin.
[2] Mendes et les marranes qui formaient un réseau d’espionnage.


Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :