Archives mensuelles : février 2021

L’homme se construit dans les épreuves

Le besoin d’écrire me pousse aujourd’hui à livrer un ressenti personnel et à dévoiler une partie de moi-même, [1] A partir d’une situation inimaginable il y a quelques mois et au-delà du fond de l’affaire sur lequel je reviendrai plus tard. [2]

L’emprisonnement produit un choc psychologique incitant à la remise en question sur la base de principes. Cette privation de liberté est d’abord et avant tout une sanction. Si elle n’est pas un bien en soi, elle peut toutefois permettre un plus grand bien. [3] A titre personnel, cette histoire me ramène au 8 janvier 2007, date du décès de Louis qui m’avait fait basculer dans “une autre vie”et qui déboucha, 3 ans plus tard, sur ma conversion. Un schéma assez semblable tend à se reproduire (choc, remise en question, progression), car il y aura assurément un avant et un après La Farlède.

Lire la suite

Droit et debout

18 mois de prison ferme : telle est la très lourde sanction qui m’a été infligée le 5 février dernier au tribunal correctionnel de Toulon.

Mes deux rosaires par jour en garde à vue ajoutés aux « Avé Maria » avant le jugement n’ont donc pas suffi. Cette nouvelle doit surprendre ceux qui n’étaient pas au courant que je suis dans le collimateur de la justice depuis plusieurs semaines. J’ai en effet vécu, en peu de temps, de dures épreuves lors de deux gardes à vue de 48 heures chacune (soit 96 heures).

Dans l’immédiat, je me garderai de trop m’exprimer sur cette condamnation absolument scandaleuse au regard des faits reprochés (violences). Car il n’y a rien eu du tout concernant ces faits du 5 décembre et cela, toutes les personnes présentes le savent très bien. Que dalle. Du pipeau. Du cinéma. En une phrase : une simulation d’agression débouchant sur une grave condamnation.

Ma personnalité et mes idées politico-religieuses ont visiblement fortement déplu au parquet. Mais cela ne constitue en aucun cas des faits méritant la prison. Être incarcéré quand on a fauté est déjà difficile humainement. Être incarcéré sur une injustice est terrible. La vérité fut la grande perdante de mon jugement du 5 février.

Lire la suite

La dictature sanitaire, illustration de l’hégémonie des cartels

Il s’agit d’une idée fondamentale à retenir, au sujet de cette crise sanitaire sans précédent : les hommes politiques au pouvoir ne sont que les marionnettes des cartels (bancaire, pharmaceutique, agro-alimentaire, numérique, pétrolier…). Le peuple subit quant à lui les conséquences désastreuses de leur projet destructeur.

Cette dictature mondialiste avait été annoncée, dans ses grandes lignes, dès le premier chapitre de mon livre Le complot contre Dieu (décembre 2014).