Entretien avec l’abbé Rioult sur « La clef des Écritures »

On avait quitté l’abbé Rioult sur son excellente synthèse sur la question juive. On le retrouve avec une étude approfondie sur les deux Testaments. Dans La clef des Écritures, il est question de théologie et d’histoire. À travers plusieurs réfutations, son livre donne des clés de compréhension de l’ancien Testament et plus largement de la sainte Écriture.

L’idée fondatrice est la suivante : l’ancien Testament préfigure le nouveau. Il annonce l’arrivée du messie Jésus. Car « la loi mosaïque conduit au Christ. » Son livre traite précisément de la complémentarité et de l’harmonie entre l’ancienne et la nouvelle Alliance. L’une étant imparfaite et provisoire, alors que l’autre lui est qualitativement supérieure ; le Fils de Dieu étant le législateur de la nouvelle Alliance et Moïse celui de l’ancienne. Au fil des pages, l’auteur analyse et argumente en s’appuyant sur les évangiles et les Pères de l’Église, afin que le lecteur saisisse mieux dans quel esprit la sainte Écriture doit être comprise.

Bonjour M. l’abbé Rioult, pourquoi avoir écrit ce livre ? D’où vous sont venues l’idée et l’envie de l’écrire ?

Mon premier livre, synthèse de la question juive (2018), traite de l’imposture judaïque à travers « deux mille ans d’histoire chaotique qui ont abouti “au siècle juif” » pour le malheur et le châtiment d’un monde impie, auto-idolâtré et adorateur de Mammon.

Le deuxième livre sur la question juive paru aux éditions Saint-Agobard a été écrit par Juda le prince : Talmud, Voyage au bout de la nuit (2020). Le Talmud qui a été « le moule de l’âme juive, le créateur de la race », rempli de « fables honteuses » et « de puérilités ridicules », en exaltant l’orgueil et la haine, a accompli un formidable travail de subversion en dénaturant le judaïsme mosaïque. Car la loi mosaïque conduisait au Christ, tandis que la loi Talmudique est antichrist. Avec le Talmud, le judaïsme est donc devenu un terme équivoque qui recoupe deux réalités opposées et contradictoires : un judaïsme provisoire, aujourd’hui disparu car abrogé, qui préparait la mission du Christ, et un judaïsme déicide et imposteur qui œuvre à détruire l’œuvre du Christ.

Ces deux livres ont donc traité du judaïsme postchristique (talmudique). Il manquait un livre ne s’occupant que du judaïsme antéchristique (mosaïque). Il convenait donc de répondre à de nombreuses erreurs sur l’ancienne Alliance en comblant la grande ignorance qui règne à ce sujet. Aussi, afin de clore la question juive, un troisième livre était nécessaire pour montrer non seulement l’infériorité du judaïsme mosaïque mais aussi son harmonie avec la nouvelle Alliance. D’où mon Traité : La clef des Écritures (2022). Car le mosaïsme bien compris, mais non sa trahison talmudique, n’a été que la préparation du christianisme. Les Pères ont démontré contre les hérétiques la divinité de la loi mosaïque, et contre les juifs son abrogation ou son accomplissement. Là où les hérétiques imaginent une antithèse, il y a harmonie parfaite ; et là où les juifs rêvent d’un messie à venir, ou plutôt de sa caricature tribale, il y a l’œuvre universelle et spirituelle du Christ, déjà réalisée comme annoncée par les prophéties.

Pourquoi avoir choisi ce format intérieur avec 2 colonnes par page ?

Pour diverses raisons pratiques : faciliter la lecture des paragraphes, éviter un volume trop épais afin de réduire les frais de port et permettre une grande couverture permettant une synthèse visuel du message principal du livre.

À qui s’adressent vos écrits en priorité ? Aux hérétiques que vous réfutez dans les premiers chapitres ? À tous les catholiques et disciples du Christ ?

A tous. Pour la confusion des uns et l’instruction des autres. Saint Paul écrit en effet : « nous sommes pour Dieu la bonne odeur du Christ parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui se perdent : aux uns, une odeur de mort, qui donne la mort ; aux autres, une odeur de vie, qui donne la vie. » (II Cor 2, 15-16)

Sur quels théologiens et Pères de l’Église vous êtes-vous appuyés pour développer votre argumentation ?

Nous nous sommes appuyés plus particulièrement sur les Pères suivants : Tertullien, Origène, saint Irénée, saint Hilaire et saint Augustin. Ne pouvant pas citer tous les Pères, tous témoins de la doctrine apostolique, nous avons choisi ces Pères en raison de leur génie particulier : Tertullien, théologien latin de Carthage du IIe siècle ; Origène, prêtre grec d’Alexandrie du IIIe siècle ; saint Irénée, évêque de Lyon en 177 ; saint Hilaire, évêque de Poitiers vers 350 et saint Augustin, évêque d’Hippone au IVe siècle. Ces trois derniers Pères sont aussi des docteurs de l’Église. Remarquons qu’« à l’époque de Tertullien, de saint Irénée et de saint Justin, on n’était séparé des apôtres que par un petit nombre d’années : saint Justin a pu naître du vivant de saint Jean ; saint Irénée a vécu avec Polycarpe et Papias, disciples de saint Jean, et Tertullien est le contemporain de saint Irénée. » Leur accord dans l’interprétation de tel passage de l’Écriture permet d’affirmer que telle était l’exégèse traditionnelle de l’Église.

Origène parle de « repousser totalement la lettre qui tue et rechercher l’esprit qui vivifie ». Vous ajoutez que « Dieu ne veut pas de la lettre sans l’esprit. » N’est-ce pas une notion fondamentale de votre étude ?

En effet, pour comprendre les saintes Écritures, il faut dépasser l’intelligence de la lettre et en saisir l’esprit. « L’Écriture sainte, dit saint Grégoire le Grand, par la manière même dont elle s’exprime, dépasse toutes les sciences ; car, dans un seul et même discours, tout en racontant un fait, elle livre un mystère. »

« La loi a été donnée par Moïse ; la grâce et la vérité sont le fait de Jésus-Christ. » (Jean 1:17) Est-ce le verset de l’évangile qui reflète le mieux la thématique de votre ouvrage ?

C’est en effet une sentence qui jette une grande lumière sur la hiérarchie qui existe entre l’ancienne et la nouvelle alliance. Mais d’autres sentences manifestent mieux le mystère des Écritures en indiquant que les livres anciens de la loi et des prophètes annonçaient en figure le Christ : “Toutes ces choses arrivaient aux juifs en figures” (I Cor 10,10), ou bien encore : “Toutes ces choses étaient autant de figures pour nous” (Gal 4,24).

Le rejet de l’ancien Testament et son interprétation à la lettre ne sont-ils pas à l’origine de diverses hérésies et fausses religions ?

En effet dans l’Antiquité, des hérétiques comme Marcion, Celse, Manès, Fauste… sont à l’origine de divers courants déviants. Celse était juste un païen négateur et rationaliste. Les autres étaient de faux chrétiens qui ont donné naissance au marcionisme et au manichéisme. Côté juif, la lecture pharisaïque fut codifiée par les talmudistes et assumée aujourd’hui de manière mythique par les sionistes.

Selon vous, l’exégèse de l’Écriture est-elle aussi importante que l’Écriture elle-même ?

Sans la clef des Écritures, c’est-à-dire sans l’exégèse de l’Écriture donnée par le Christ et les apôtres, l’homme ressemble à un enfant devant un texte composé de lettres d’une écriture qui lui est inconnue. Il est dès lors incapable de la décomposer et de comprendre le sens du texte. Les anciennes Écritures sont donc de fait en partie inaccessibles au commun des mortels tant qu’il n’aura pas la foi au Christ, car elles ont été écrites par lui et pour lui afin d’être un témoignage à sa mission à travers le temps.

Avez-vous, M. l’abbé, des projets d’écriture pour les prochaines années ?

Oui. Notamment sur les origines du fanatisme de l’hérésie protestante, sur le mystère de la grâce et de la prédestination, sur le pharisaïsme, et aussi une anthologie des textes du magistère de l’Église catholique afin de montrer que ce qu’on appelle vulgairement et improprement l’antisémitisme n’est en rien un péché mais bien au contraire une saine et vitale réaction de légitime défense pratiquée par l’Église pendant près de quinze siècles.

Propos recueillis par Johan Livernette le 19 juin 2022

Pour commander le livre de l’abbé Olivier Rioult sur son site Internet : La clef des Écritures.
Cet ouvrage est aussi en vente dans le catalogue des éditions Saint-Rémi : La clef des Écritures.


Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :